De l’art de lire en buvant du thé

De l’art de…

Nouveau format de chronique au style libre, dans De l’art de…, je vous propose mes divagations sur un sujet  culturel (et toujours carottesque) en lien de près ou de loin avec la littérature. L’occasion de dégourdir ma plume et de partager avec vous mes autres centres d’intérêts. Pour ce premier article, traitons du thé, élément essentiel à tout lecteur, alors sortez les théières, je vous convie à mon five o’clock littéraire.


delartdelireenbuvantduthe.png

« Il y a dans le goût du thé comme un charme subtil qui le rend irrésistible et propre à être sublimé. Le thé n’a ni l’arrogance du vin ni l’affectation du café — et encore moins l’innocence minaudière du cacao. »

Kakuzô Okakura, Le Livre du Thé

Livres & Thés

La lecture est une affaire de gourmands et de buveurs de thé, écrivais-je dans le premier article de ce blog. Que vous soyez lecteur occasionnel ou compulsif passionné, le thé a déjà dû agrémenté vos explorations littéraires. Sinon, soit vous êtes un drôle de lecteur — très respectable, soit vous n’aimez pas le thé — plus grave, ou alors, ô désespoir, vous n’aimez pas lire — gravissime.

L’attirail minimal d’un lecteur se résume souvent en un bon livre, un carnet griffonné de citations et une tasse de thé — trois éléments essentiels pour apprécier son instant lecture. Il n’y a qu’à s’aventurer dans les tréfonds des blogs littéraires et des comptes livresques d’Instagram pour découvrir moult clichés où le thé accompagne les romans et imprimés en tout genre — les tasses de café opulent d’ailleurs de la même manière, à croire que le Cappuccino aura bientôt triomphé de l’Earl Grey.

Toujours est-il que si vous n’avez pas encore trempé vos petites lèvres rosées dans le breuvage divin qu’est le thé, tout en suivant d’un oeil vif les lignes de votre polar, il est encore temps d’y remédier et d’ailleurs voici quelques bonnes raisons — très personnelles — de boire du thé qui sauront séduire aussi bien les lecteurs-buveurs aguerris que les novices de la théière :

1. Le thé est bon à la santé ! Instant docteur. Me souciant de votre bon état mental et physique, je ne peux que vous recommander d’en boire puisqu’il contient de nombreux antioxydants qui combattront dans votre joyeux organisme microbes et virus, stress et anxiété, et ravira votre coeur.

2. Lire en buvant une boisson chaude, c’est tout simplement plus agréable ! Quel plaisir de mêler les mots aux effluves de bergamote et de menthe alors que l’on avale la première gorgée de thé brûlant ! Quel plaisir d’humer ces senteurs à grandes bouffées de désir décocté et de lecture affamée ! Par ces journées pluvieuses, faites chauffer votre bouilloire et infuser votre thé, glissez vous sous un tricot, saisissez vous de tout texte qui se prétend littérature. Et magie ! Bonheur et épicurisme des plaisirs simples ! Plongez dans votre lecture pendant des heures.

3. Le thé fait voyager. Des campagnes de la Chine occidentale aux plantations de Tanzanie en passant par les cultures d’Inde, le thé nous vient d’Orient et vous transporte à grands bonds d’infusion et de saveurs poivrées. Les amateurs de voyages sont souvent amateurs de thé, odyssée et théier riment en une savante affinité.

4. Toute la beauté du thé réside en son élégance. Le thé est une boisson emplie d’une grâce toute droite venue du Japon et de Chine où la cérémonie qui lui est dédiée est un art égalant la calligraphie et le haïku. Quoi de plus exquis que de se perdre, ne serait-ce que l’instant d’une hirondelle qui s’envole, dans la beauté pure de la préparation zen et amoureuse du thé ?

41FVFzMfz7L._SX313_BO1,204,203,200_.jpg

Le Livre du thé est un petit ouvrage poétique à boire d’un trait pour les amateurs de thé !

5. Bien souvent, thé est synonyme de sucreries, pâtisseries et entremets mielleux. Les plus gourmands fantasmeront sur une tropézienne crémeuse ou un Paris-Brest praliné tandis que certains se contenteront de biscuits au beurre frais. Théière, moule à gâteaux et reliure surannée font bon ménage, à dévorer sans modération (ou presque).

Le choix de votre thé

Si mes modestes rêveries de régal sucré vous ont donné envie de vous aventurer dans les profondeurs de votre boîte à thé ou dans la vitrine de votre pâtissier, il s’agit désormais de choisir votre thé et ce n’est pas chose aisée — je ne me prononcerai pas sur le choix de votre beignet, baba ou pain d’épice, je ne suis pas un gastronome des sucres assez averti.

Bien loin de la cérémonie du thé, épargnez vous incantations bouddhiques et kimonos, pour nous, trois choses sont essentielles pour faire un bon thé : un moyen de le faire infuser, une tasse et… un bon thé — oui c’est important.

a chaque livre son the.jpg

Je ne m’étendrai pas non plus sur le moyen de faire infuser votre thé : boule à thé, sachet ou théière à infuser, le plus important est le thé en lui même. Ainsi préférera-t-on du Kusmi Tea parfumé à une boite de Lipton sans saveur. Pour ce qui est du goût, ce sont les préférences de chacun ; épices, menthe, agrumes ou baies. Attachez-vous en revanche à accorder votre thé à ce que vous lisez, ainsi un roman de Tolstoi se marierait parfaitement avec un thé noir à la bergamote et les Haïkus de Bashō seraient sublimés par un thé vert sencha. A chaque livre son thé.

Distinguons plusieurs calibres de tasses ; le contenant de votre breuvage doit s’adapter à la situation livresque explorée.

tea.jpgAinsi, le Nothomb, petite tasse sans hanse à la mode japonaise teintée d’élégance, accueillera les ébats des livres courts, pièces de théâtre ou romans vifs et précis à l’image de ceux de cette très chère Amélie.

Ensuite vient le Prévert que l’on pourrait assimiler à une tasse de moyenne contenance suffisante et nécessaire pour arpenter les pages secrètes d’un recueil de poèmes. Lire et relire les vers afin de s’imprégner de leur musique, se perdre dans l’infini poétique qui tient dans quelques caractères sur du papier, rien de plus irrésistible agrémenté d’un Prévert de thé.

Autre tasse, autre registre, quand les livres excèdent 300 pages, équipez-vous du Sigmund (en référence à Freud quoiqu’inspirant quelque peu une pinte de bière). Avec une telle quantité de carburant littéraire, vous serez parés pour vous plonger pendant de longues heures dans les méandres des romans de Zola ou dans la philosophie du Bon Papa Freud.

Si le Sigmund s’est épuisé avant que votre séance de littérature au coin du feu ne soit terminée, sortez le Proust, la grosse Berta de ce modeste classement. A n’utiliser qu’en cas de besoin de lecture absolu s’il vous plait. Si votre demi-litre de thé ne vous suffit plus, pariez sur la théière entière ! Ainsi vous ne manquerez jamais d’eau chaude pendant que vous lisez Du côté de chez Swann ou que vous vous (re)plongez dans l’intégrale de la Comédie humaine. Pensez cependant à accompagner votre Proust d’une madeleine car les heures, en lecture, passent vite et il serait fort dommageable de ne pas sustenter votre estomac criant famine !

Ce voyage de théière littéraire s’achève ici. Puissent vos papilles et votre lecture être excitées.

Publicités

13 Commentaires

  1. Je suis fan, accro aux livres, accro aux thé 🙂
    On pourrait faire la même chose avec le vin. Accro au vin ? non non :p … je dois bien reconnaître que c’est plus problématique (risque non négligeable de ne plus comprendre le livre en cours … haha)
    Amandine de L’ivresse littéraire

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ta chronique! J’ai envie de lire en buvant un thé! 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Mima

    Très inspiré Roi Carotte ! Je ne bois que du café mais ô combien j’aime lire 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Clochette

    Cher roi carotte, tu as aimé une photo sur @lapetitemaisonblanche et tu as piqué ma curiosité. Me voilà donc en ballade sur ton site. En grande buveuse de thé et en dévoreuse de livres que je suis, j’ai commencé par ta chronique sur le thé et j’ai beaucoup aimé ton style d’écriture. Et quel bonheur de ne croiser aucune faute d’orthographe… J’ai noté, cher roi carotte, ta référence au Kusmi tea. Mais le Dammann, c’est pas mal aussi. A très vite et au plaisir de te lire. 👑😊

    Aimé par 1 personne

  5. mabu

    Quelle élégance, quelle éloquence, ceci est une bien jolie chronique, encore une fois. A bientôt et au plaisir de te lire de nouveau ! 🙂

    Aimé par 2 people

  6. Laetibidule

    Bonjour. Voila un texte magnifique et élégant qui me donne envie de me précipiter sur un bon livre, ma tasse à la main. !!!
    J’attends la prochaine chronique avec impatience.
    Longue vie au Roi !!!

    Aimé par 1 personne

  7. En effet impossible de lire sans avoir ma petite théière toute chaude (ouais enfin le plus souvent brulante en fait) près de moi lorsque je me plonge dans les douces ou sombres pages d’un roman !
    Très sympathique cette chronique, et ravie d’avoir découvert ce blog (après avoir découvert l’instagram 😉 )

    Aimé par 1 personne

  8. J’adoooore ton billet! Mon format à moi c’est un sigmund, quatre fois par jour. Et un freud pour les grands dimanches, de temps en temps. J’aime pouvoir emmener mon sigmund partout avec moi donc j’ai investi dans un thermos =D

    Aimé par 1 personne

  9. Beau texte sur le plaisir de lire et boire du thé. Personnellement, c’est mon petit plaisir du week-end, du samedi ou du dimanche en fonction de mes sorties. Prendre le temps de préparer le thé, de s’installer avec son livre, de sentir l’odeur du thé, de le goûter tout en poursuivant sa lecture. Le bonheur !

    Aimé par 1 personne

  10. Claire

    Délicieuse chronique…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :