Les Nuits de Laitue, Vanessa Barbara

ima.002

Les Nuits de laitue, Vanessa Barbara

éditions Zulma, 224 pages, 2015


Il en faut incroyablement peu pour être attiré spontanément par un livre. J’étais à la librairie pour acheter tout autre roman que celui-ci, quand j’aperçus, au milieu d’un rayon, un de ces petits bijoux que sont les ouvrages des éditions Zulma ; je ne pus résister. Je m’approchai jusqu’à entrevoir le titre et le nom de l’auteure : cette dernière m’était inconnue mais le titre reflétait un soupçon de génie. Lorsque j’ouvris le rabat en quête du résumé, ni une ni deux, ce dernier lu en une diagonale très oblique, je refermai le livre et décidai d’acheter cette trouvaille des premières impressions — la qualité de l’objet-livre finit d’avoir raison de moi. Mon forfait livresque convulsif accompli, je commençai ce qui allait se révéler être une incroyable expérience littéraire…

Les Nuits de laitue ; déjà le titre quelque peu original nous annonce la couleur de ce contemporain unique en son genre. Et pour cause, jamais personnages si insolites n’ont été vus !

Un pharmacien piètre nageur passionné de natation et d’effets secondaires médicamenteux, une mystique convaincue entourée de chihuahuas hystériques, un facteur dissident accordant plus d’importance au choix de sa chanson à fredonner qu’à la distribution du courrier, une anthropologue accro aux milk-shakes à la fraise, une dactylo hyper-efficace propriétaire de trois molosses rebelles, un Nippon alzheimer persuadé que la Seconde Guerre mondiale n’est pas terminée, et bien sûr Otto, un vieil homme amateur de romans noirs et de documentaires animaliers ; et sa femme, Ada, grande amoureuse du chou-fleur à la milanaise.

Tels sont les individus loufoques et improbables qui habitent un petit village reculé et constituent un voisinage des plus singuliers.

Au fil des pages, nous suivons la vie d’Otto qui vient de perdre sa femme Ada ; le vieillard se renferme sur lui-même et évite le plus possible ses voisins si particuliers. C’est à la suite d’entrevues tout à fait pittoresques que nous découvrons les tranches de vies de ces originaux attachants.

Mais la clé du roman est un « incident » évoqué par tous et dont seul Otto ne semble pas connaître l’existence. Ce dernier soupçonne pourtant bien qu’on lui cache quelque chose… Empreinte alors de nombreux mystères, la drôle de fable prend des allures insoupçonnées de polar qu’Otto affectionne tant.

Véritable coup de coeur d’une fraicheur inouïe, le premier roman de Vanessa Barbara est une perle  d’humour et de tendresse venue du Brésil.

Teintées de dialogues succulents et de détails cocasses, ces rencontres et histoires anodines forment un monde intriguent qui s’offre tout entier à une curiosité dévorante qui grandit chez le lecteur.

La plume est étonnante et détonante ; jouant inlassablement sur des comiques de situation et de répétition, elle délire subitement en une emphase admirable de théorie sur les principes actifs (et leurs effets secondaires) aux noms rocambolesques, tout en n’omettant pas le moins du monde de mentionner les chansons farfelues qu’entonne le facteur.

Cette comédie humaine insolite, dans laquelle tout semble se jouer du lecteur jusque dans la révélation finale, s’accompagne de thèmes plus profonds tels que le lien social, les rêves, la vieillesse et l’isolement, qui, en filigrane, donnent à ce livre sa finesse et son élégance.

Cette première œuvre promet un brillant parcours de romancière et c’est avec un intérêt tout particulier et une curiosité plus excitée que jamais pour les étrangetés littéraires que je suivrai et dévorerai les futures publications de Vanessa Barbara.

« Désormais, Otto souffrait d’une insomnie sans fin. Ses mauvaises pensées dureraient pour toujours puisqu’il n’y aurait plus jamais de matin — désormais, toutes ses nuits avaient un arrière-goût de laitue. Et Otto détestait les légumes-feuilles. »

Publicités

7 Commentaires

  1. Quenouille

    La loufoquerie que tu mets en évidence dans ton analyse de cette oeuvre me donne cruellement envie de lire ce livre, et les autres chef-d’oeuvres de Vanessa Barbara qui viendront !

    Aimé par 1 personne

  2. Belle chronique. Il est dans ma wish list. Hâte de le découvrir

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai beaucoup aimé aussi.

    Aimé par 1 personne

  4. Breathe

    Belle chronique qui provoque une envie irrésistible de se rendre chez le libraire à la première heure !

    Aimé par 1 personne

  5. Je viens de le terminer. Vanessa Barbara nous présente des personnages hauts en couleurs. Ils ont fait mon bonheur tout au ont de cette lecture.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :